Maladie ou Femmes modernes d’après Elfriede Jelinek (chapitre 1 & 2)

Maladie ou Femmes modernes d’après Elfriede Jelinek (chapitre 1 & 2)

Mathilde Delahaye

Un cabinet médical qui se transforme en lande sauvage. Un quatuor infernal: Dr Heidkliff : médecin, sportif, performant, cartésien. Emily : infirmière, vampire, artiste, lesbienne et en toutes choses « opposition radicale ». Carmilla Mabullpitt : femme au foyer, s’habillant au goût du jour, parfait l’oeuvre de son mari, meurt lors de sa sixième couche. Benno Mabullpit : conseiller fiscal, dîne à l’heure et pratique le tennis. « Comme une pièce » -précise Jelinek en sous-titre, ironique et cruelle, où nul n’est épargné: ni le mythe de la toute-puissance masculine, ni celui de l’émancipation féminine. C’est dans la subversion de la langue, cette « blessure qui ne guérit jamais » que se joue le drame. Ici, le langage est un précipité acide où sont mis sur le même plan les coquilles vides d’une parole aliénée et l’éclat sulfureux d’une parole follement libre. La langue est « la mère, non la fille de la pensée » dit Karl Krauss. Jouer dans et avec l’espace d’une ancienne usine, c’est y écrire comme en palimpseste, c’est y écrire cette fable où les personnages, devenant vampires ou monstres hybrides et meurtriers font saigner l’ordre moral.

Présentation de la compagnie

Mathilde Delahaye et ses complices rencontrés pour la plupart à l’école du TNS, pratiquent le « théâtre-paysage » depuis plusieurs années. Pariant sur la rencontre fertile entre la fiction d’une langue exigeante et un lieu extérieur, Mathilde Delahaye a mis en scène plusieurs spectacles dans des espaces spécifiques. Au TNS où elle est élève de 2013 à 2016, elle investit à Strasbourg le Port Autonome ; l’ancienne usine de la COOP ou des bords de villes et villages d’Alsace. A la Scène Nationale de Chalon-sur-Saône, elle crée six interventions en paysage pour l’inauguration du Théâtre du Port Nord. La création de Maladie ou femmes modernes, prévue pour 2019, produite par le CDN de Tours, fait partie d’un programme de recherche dans le cadre du programme Sacre (PSL) du Conservatoire National d’Art Dramatique. En résidence à Mulhouse pour la création de la première partie de cette pièce, cette nouvelle génération d’artistes continue de s’affranchir des conventions théâtrales et nous propose une lecture profondément moderne de cette pièce en s’emparant du déjà-là et en s’inspirant du genius loci, l’esprit du lieu…

Mentions légales

Avec : Pauline Haudepin, Déa Liane, Julien Moreau et Blaise Pettebone, création lumière et régie générale : Sébastien Lemarchand, création sonore et musique: Félix Philippe, scénographie: Hervé Cherblanc, costumes et accessoires: Léa Perron, mise en scène: Mathilde Delahaye, assistante à la mise en scène et dramaturgie: Milena McCloskey. Production déléguée : Centre Dramatique National de Tours - Théâtre Olympia. Avec le soutien du Festival Scènes de rue à Mulhouse, du programme SACRe (PSL) du Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris, du Théâtre National de Strasbourg, de La Comédie de Valence, Centre Dramatique National de Drôme Ardèche et avec la participation artistique du Jeune Théâtre National. La pièce Maladie ou Femmes Modernes de Elfriede Jelinek est publiée et représentée par L’Arche, éditeur et agence théâtrale dans une traduction de Patrick Démerin et Dieter Hornig. Représentations accueillies avec le soutien de l’ONDA.

JUILLET
Vendredi 13 & Samedi 14 | 21h15 & 23h

Rdv Rue P. et M. Curie (devant la mairie)

Durée : 1h30 (trajet compris)

Théâtre

Résidence de création et 1ère étape de travail - Création 2019

A partir de 12 ans

  • Pour adultes et adolescents !
  • Transport
  • Billetterie

Téléchargements

Pré-programme 2018